Votre vrai bas de laine canadien conçu avec amour

Bien qu’il se soit informatisé au fil des années, le cardage de la laine est un héritage qui a traversé les siècles. Mais s’il était il y a cinquante ans à peine une industrie en pleine effervescence au Canada, les manufactures locales de textiles et de vêtements sont aujourd’hui presque toutes disparues; victimes de la globalisation et de délocalisation.

Vos grands-mères ont-elles tricoté avec amour bas et chandails avec de la laine 100% québécoise, celle qui sortait à l’époque des usines de filature, véritable pilier industriel de l’époque? Les temps ont bien changé depuis.

Un marché qui évolue

Le cardage est une technique millénaire qui consiste à faire passer les textiles mélangés à travers des tambours garnis de pointes d’acier qui démêlent, divisent et regroupent les fils.

Autrefois réalisé à l’aide de cardes à main ou d’anciennes cardeuses dans les manufactures, on y parvient aujourd’hui à l’aide de machinerie à la fine pointe de la technologie. Certains optent pour la technique du peignage, qui façonne une fibre de laine plus fine et plus soyeuse, alors que le cardage permet de concevoir un tricot rustique, plus spongieux et adapté à nos rudes hivers… Bref, un vrai bas de laine canadien.

C’est lors du cardage ou du peignage qu’il est possible de mélanger les différentes fibres textiles et d’ajouter des couleurs.

Le choix de la fibre

De nos jours, devant une demande locale de plus en plus faible, il est devenu plus ardu de dénicher une laine québécoise ou canadienne. Les producteurs de laine ont abandonné l’élevage de mouton et d’agneau pour se tourner vers l’élevage, plus lucratif, de de bovin de boucherie. C’est pourquoi les entreprises locales ont dû se tourner vers l’importation de laine de la Nouvelle-Zélande, d’Australie et d’Amérique du Sud.

Les avancées technologiques dans l’industrie du textile ont aussi permis aux usines de bénéficier d’innovations: le polypropylène et le spandex, entre autres, qui sont des matières synthétiques qui améliorent l’imperméabilité et l’élasticité des produits. Ces fibres synthétiques sont idéales pour compenser les faiblesses de la laine.

Un héritage transmis de génération en génération

Déjà dans les années quarante, dès la fondation des Tricots Duval et Raymond ltée, devenu plus tard Duray, la laine est au cœur des activités commerciales de l’entreprise qui, au départ, ne faisait que carder la laine. Au fil de son évolution, différents produits ont été conçus. Aujourd’hui, l’entreprise est bien connue pour son authentique bas de laine canadien.

Chez Duray, la laine est une passion familiale transmise de génération en génération. Des textiles de première qualité sont sélectionnés avec soin à l’état brut, puis les fibres naturelles et synthétiques sont mélangées et cardées afin d’en arriver au filage solide et performant pour lequel nous sommes reconnus depuis tant d’années.

Même si les temps ont changé et que l’entreprise a connu une évolution remarquable, il n’en demeure pas moins qu’un demi-siècle plus tard nous employons toujours le même soin à la fabrication de vos chaussettes, de vos mitaines et de vos gants.

Duray c’est finalement un doux mélange entre coutumes et innovation. Une chose est sûre : on vous offre le vrai bas de laine canadien.

Et vous, portez-vous fièrement la tradition?